AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Grimoire historique de Kolimbus Lossalh. Ou une partie.

Aller en bas 
AuteurMessage
Syth Haddin
Patron


Masculin Messages : 84
Age : 23
Localisation : Encré dans la societé
Humeur : Froide

MessageSujet: Grimoire historique de Kolimbus Lossalh. Ou une partie.   Mer 2 Juin - 20:23

Prologue - Kolimbus Lossalh


J'étais là, face à grand-père qui mettait les voiles. Je parlais avec lui de diverses choses sans importances, que ce soit l'histoire du chacha de la voisine ou des semences de Bher-Nard. Avec difficulté, grand-père continuait et persévérerait. Étant rescapé d'une bataille ripate sur le front de Sufokia, il perdit sa jambe au combat qui fut remplacée par un vulgaire bout de frêne. «Quel courage...» me disais-je. Nous en venions au fait. Je l'observais, avec difficulté il se dirigeait vers le coffre et parvint à attraper un gros grimoire poussiéreux orné de textures argentés sur les extrémités. Il venait vers moi, «C'est pour toi Kolimbus», «Qu'es-ce grand-père ?», «C'est ta vie mon petit, ta vie». Je commençais à penser qu'il avait disjoncter, que ses délires schizophrènes revenaient à la surface. En premier temps j'ouvrais l'énorme grimoire. Une fois se grimoire ouvert, je me senti comme libéré d'une émotion inconnue, incertaine. Peut-être, était-ce de la peur, de la joie, je n'en savais rien. Je me sentais comme relié sentimentalement à ce bouquin, lorsque celui-ci se referma. Pendant quelques secondes, je me demandais «Mais pourquoi s'est-il refermé ?». En relevant la tête, mon grand-père me regardait «Fait très attention à celui-ci, ce genre de livre pourrait très bien bouffer ta vie comme tu pourrais le faire pour lui. C'est un égrégore, tu l'utiliseras quand il t'appellera, pas avant, as-tu compris ?». Outré par se qui venait de se passer, je ne fit qu'un simple mouvement de tête pour lui faire comprendre que j'avais compris, malgré les sueurs froides qui parcouraient mon front.
«Au revoir!», disais-je à basse voix. Il ne pouvait m'entendre mais je contais le lui dire, avant qu'il ne soit trop tard. A vrai dire, il était déjà trop tard... Il embarquait pour la légendaire île d'Alkatraz dont il me parlait depuis mon enfance. Hélas je crains ne plus jamais pouvoir entendre ces légendes. Il parlait d'Alkatraz comme d'une île mystérieuse d'où personne ne revenait indemne. Une île peuplé d'étranges créatures similaires à des mufafah faisant régner la justice et la peur. Je ne sais pourquoi il embarquait dans de telles folies. Après tout, personne n'eus jamais trouvé cette île, où n'ai été là pour nous le dire. «Je prierais pour lui», ce dont je me disait en espérant que celles-ci soient exaucés. Etant parti pour un long voyage, je décidais de m'installer chez lui, jusqu'à son retour. «Il reviendra». J'étais dans mon lit, serrant le grimoire dans mes bras, plus que tout, jamais je n'avais serait une chose aussi forte. Elle m'obsédait comme une ignoble pièce de kama, dont on pourrait faire la requête à chaque coins de rue, ou aux zaaps. Je transpirais, l'étouffement commençais à me dévorer petit à petit. Et le grimoire me criai de l'ouvrir, pour vivre. Mais, je tentais de résister, je me rappeler des paroles de grand-père. Je lutais, mais je sentais ma tête gonfler, ma gorge s'arracher et … j'ai donc ouvert ce grimoire, je n'arrivais pas à lutter. Une fois ouvert, je vis à l'intérieur, à mon grand étonnement, ce dont je ne m'attendais pas du tout. De simples écritures. Je m'approchais, tentais de lire et, tenta de déchiffrer le titre du grimoire. Il s'agissait d'un titre bwork, où était écrit : Sommes-nous réels. Il avait été rédigé par mon grand-père ainsi que mon père, il semblait donc convenable qu'il me soit légué maintenant, jusqu'au jour où mon fils en fera la possession. Je lisais ce qu'il y avait de noter, page un. C'était moi, mon histoire, ma naissance dans cette infâme cité brâkmarienne. «Mais comment es-ce que tout ça avait atterrie ici ?» n'arrêtais-je pas de me demander. Surement un coup de grand-père. Peut-être faut-il que j'écrive la fin de son histoire ? A moins que... Je me mis à feuilleter les gros chapitres, tout se grimoire m'appartenais, il ne parlais que de moi. Je pris la décision de le lire, de voir et de comprendre d'où, tout ça venait.
«Voici ma vie» disais-je d'un ton théâtral à mon chacha. Puis, je me mis à lire se gros grimoire, voulant réellement savoir, d'où es-ce que ça pourrait provenir, et pourquoi es-ce que ça se presentais à moi sous cette forme, aujourd'hui. Un signe de la cité pourpre ? Un signe de grand père? «Je ne tarderais pas à le savoir».



Chapitre Un - L'avant début
Par de mauvais jours d'apérirel 620. Nous étions tous réunis au village Gisgoul, la tour, pour célébrer nos 10 ans de sacrifices, «Moi, Drajeebus et mon épouse Selenia.» Lorsque advint un événement pour le moins inattendu. Selenia accoucha d'un garçon, plutôt robuste et dont la pilosité ne se faisait guère discrète. Dans la tour, face à la statue de notre créateur, Rushu. Au cour de cette cérémonie que nous le baptisèrent Kolimbus. Rien d'étonnant à apprendre que Kolimbus s'élèverait au monde des XII sous les traits de Sadida. Comme chaque nouveaux nées originaire de la pourpre, une grand cérémonie à suivi l'accouchement, ou plutôt une célébration. De longs rituels ont pris place dans la tour de fondation, tour de brâkmar. Invocation d'entités, transfère énergétique et toute coutume étrange au regard des cités adverses. Un banquet prit place, on y trouvais toute sortes d'aliments. Du scorbute en tranche au meulou grillé. Tout ça était servi dans de grandes assiettes dorées sur une table géante recouverte d'une nappe pourpre, ornée de petits brin dorés. Chacun leur tour, les braves rushuistes se trouvant autour de la table se levaient un par un, afin d'émettre un discours en l'honneur de Kolimbus, des poèmes, des vœux, des prières. Jusqu'au moment ou les portes de la salle s'ouvrèrent en grand et l'on vit apparaître tout un équipage de ripates lorsque nous entendions un grand «Alors?!!! On préviens plus la famille??!» Il s'agissait de Mouh-Sayon, la tante de Kolimbus, sœur de Selenia. Grande ripate connue pour ses nombreux pillages. Elle s'essaya près du nouveau née, attrapa une dague et la planta dans le poolay roti, a chaque coup de dagues se faisait ressentir sa hargne. Le temps passait à n'en plus pouvoir le voir, il se faisait sonner minuit chez Xelor. Nous nous équipions de nos lanternes et nos sombres lampes, et nous parcourions terra Amakna, afin de nous préparer aux sacrifices. Arrivé dans la salle, les guerriers s'emparèrent d'une plume et d'un manuscrit, afin de rédiger un compte rendu des sacrifices et activités pratiqués en cette nuit d'apérirel 620... Tout d'abord, Drajeebus prit la parole, et donna son avis sur cette journée, sur son nombre d'innocents sacrifiés et prononça les vœux de son fils... Après ses lourdes paroles, d'énormes éclairs de feu se mis à s'abattre sur brakmar, une sorte de communication en ici bas et le sous-sol si l'on pourrait dire. Un accomplissement salué par les grands de se monde. Dieux, demi-dieux, envoyés, âmes errantes, tous étaient ralliés à la même cause. [/i]



Chapitre Deuxième - Rédemption ripate
13 aperirel 630, C'est la frénésie en Brâkmar. En effet, Kolimbus fête ses 10 ans. Encore une fois, une célébration était préparée à l'avance, jusqu'au moment ou Kolimbus grimpera en haut de la tour de fondation et cria haut et fort. «JE REFUSE DE ME SOUMETTRE A BRAKMAR». Les terres auront tremblés, sa mère, Selenia la chasse des terres pourpres. Kolimbus à la rue à dix ans doit se débrouiller pour survivre. C'est pourquoi, il s'engagea le 26 maisial 630 dans un groupe anonyme et inconnu de tous de ripates dirigé par nul autre que sa tante, Mouh. Celle-ci, après longues discussions avec Koh acceptera son admission auprès de l'ordre royal des ripates.
De longues années passerons, Koh suivra un enseignement aride, parsemé de bagarres en tout genre. Durant cet apprentissage Koh fera la rencontre de Bambino Khlar, qui deviendra très vite très intime avec Koh et en quelque sorte son confident. 9 decscendre 634, Koh part au front pour un exercice, une mission avec son ami Bambino, ceux-ci seront encadrés par un maître ripate expert en pillages. Durant cette mission, Kolimbus repense à son passé et se dit que importe où il postulera, la guerre se fera ressentir. «Je ne veux plus de ça» se dit-il. Somme d'inimaginable exercices se présenterons à eux auxquels Koh remportera haut la main, notamment des concours de buveurs de rhum, bien qu'il en ai horreur. 12 flovor 638, Kolimbus ressort de cet apprentissage avec son diplôme de crochet royal, Bambino, son ami obtiendra également le diplôme de crochet. A la sorti de cet apprentissage, ils se jurèrent de ne plus jamais toucher à une goutte de rhum et de ne plus jamais serrer un crochet. Durant ces longues années, celui-ci a eu le temps de réfléchir à tout ça, prendre du recul. Il décida donc de quitter l'ordre des ripates, ayant gagné assez de kamas pour s'engager dans de gros projets. Devinez quoi, Bambino continuera sa vie avec Koh, se servant mutuellement d'épaule l'un de l'autre. A la sorti, ces deux se mettent à chercher une maison, afin d'abriter leurs misérables coiffes. Voulant économiser un maximum de kamas, ces deux décident de s'installer à l'hôtel des métiers d'Astrub, troisième étage, derrière l'escalier...
Chapitre Troisième - Rédemption Gastronomique

1 javian 639, Koh décide de se mettre à la cuisine. Son ambition, travailler pour les autres. Et surtout proposer ses services en échange de kamas, tout en restant dans le pacifisme. C'est alors qu'il se propose dans une école clandestine de cuisine en Amakna. Celle-ci est nommé «Le CGCA», le comité gastronomique clandestin d'Amakna. Engagé avec Bambino, avec hargne ils travaillerons dur afin d'obtenir leur diplôme de cuisinier en chef et leur mention d'autorisation d'exercice dans les contrés neutres. Très vite, Koh ouvre un restaurant en Astrub, le Crokpichons. Comme vous vous en doutez, troisième étage, hôtel des métiers. Il choisira Bambino comme conseiller afin de bénéficier de précieux conseils qui pourrait lui être utiles, aux futurs et éventuelles candidatures qui se présenterons au CrokPichons.


Dernière édition par Koh-Lossalh le Jeu 3 Juin - 4:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecrokpichons.forumactif.com
Raphyx
Artisan
avatar

Masculin Messages : 71
Localisation : Dans la cuisine

MessageSujet: Re: Grimoire historique de Kolimbus Lossalh. Ou une partie.   Mer 2 Juin - 20:43

[HRP]Ouah ! J'adore ! Vous êtes un bon écrivain patron ^^.[/HRP]


Dernière édition par Koh-Lossalh le Mer 2 Juin - 20:55, édité 1 fois (Raison : [HRP][/HRP])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Grimoire historique de Kolimbus Lossalh. Ou une partie.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GROSSE PARTIE Warhammer ACW
» Livre Premier - Partie II - Pré-Histoire
» LoL : Historique des parties
» PROJET Warhammer historique : GUERRE de 100 ans
» Résumé partie XXVI et impressions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le CrokPichons. Restaurant sous l'égide d'Hécate. :: Le restaurant :: La Bibliothèque du coin-
Sauter vers: